Tout savoir sur les aliments crus et vivants

Tout savoir sur les aliments crus et vivants

En 1963, le Dr Ann Wigmore et Victoras Kulvinskas ont fondé l’Institut de santé Hippocrate à Boston Massachusetts Ils y enseignaient à leurs patients les avantages d’un régime alimentaire totalement cru et biologique. Ce mode d’alimentation est devenu aujourd’hui un mouvement à l’échelle mondiale, dont Ann et Victoras sont considérés comme la mère et le père.

Alimentation cru et vivante

Qu’est-ce que les aliments crus et vivants ?

« Les aliments vivants ou aliments crus ne sont pas cuits, sont exempts de produits animaux et sont biologiques. Ils sont faciles à digérer, riches en enzymes et très nutritifs. Ils incluent des graines et des fèves germées à la maison, des légumes, des fruits, des noix, des mets fermentés, des grignotines déshydratées et de savoureux desserts, comme des tartes aux fruits et aux noix et de la crème glacée aux fruits. » (Fondation Ann Wigmore)

Quand vous mordez dans un fruit ou dans un légume cru, vous faites l’expérience d’un plein potentiel de vitamines, de minéraux et d’enzymes en une seule bouchée compacte. Il n’y a aucune perte de nutriments causée par la chaleur d’une cuisson, ni perte de vitamines hydrosolubles et de minéraux. Si l’aliment a été cultivé dans des conditions biologiques, il ne contient aucun additif chimique, colorant ou agent de conservation.

L’une des principales caractéristiques des aliments crus est qu’ils sont plus faciles à digérer que les aliments cuits. Ce sont les enzymes qui les rendent plus digestibles. Car la cuisson désactive les enzymes. Durant la digestion, les enzymes naturelles des aliments aident les enzymes digestives de l’organisme à dissoudre les aliments en protéines digestibles. En mangeant davantage d’aliments crus, l’organisme n’a pas besoin de travailler aussi fort pour digérer les aliments, ce qui lui permet d’avoir plus d’énergie pour autre chose. Vous vous sentez ainsi plus fort, en meilleure santé et plus heureux.

La déshydratation est le meilleur moyen de sauvegarder l’essence des fruits et des légumes. La déshydratation n’expose pas les aliments aux températures élevées de la cuisson ni aux méthodes traditionnelles de mise en conserve. Lorsque la température interne d’un aliment cru est portée à 50°C ou plus durant un certain temps, sa valeur nutritive commence à se dégrader, particulièrement les enzymes. La mise en conserve élimine également les vitamines hydrosolubles et les minéraux, ce qui diminue les propriétés bénéfiques des aliments crus.

Quel déshydrateur acheter ?

Deux choses sont importantes Pour sauvegarder les enzymes quand on déshydrate des aliments crus. Il faut d’abord assurer une température appropriée, il faut aussi porter une attention particulière au temps de séchage. Si la température est trop élevée, les enzymes peuvent être détruites, mais si elle est trop basse, les aliments mettront plus de temps à sécher, ce qui peut les gâter ou favoriser le développement de bactéries.

Grâce au système de séchage à jet d’air horizontal Parallcxx et à un thermostat réglable, les déshydratcurs Excalibur sont parfaitement conçus pour déshydrater les aliments crus en gardant leurs meilleures qualités. Le thermostat réglable permet de contrôler la température de l’air, tandis que le ventilateur à l’arrière qui actionne le système de séchage à jet d’air horizontal assure un séchage rapide et uniforme. Ces deux caractéristiques des déshydrateurs Excalibur permettent de garder la température assez basse pour sauvegarder les enzymes, mais assez élevée pour assurer un séchage rapide, sans développement de moisissures ou de bactéries.

Le thermostat réglable d’Excalibur a été conçu pour faire varier la température de l’air. Quand la température augmente, l’humidité s’évapore à la surface de l’aliment. Quand elle baisse, c’est l’humidité à l’intérieur des aliments qui se trouve évacuée vers la surface plus sèche. Cette variation de température bien caractéristique aide aussi à maintenir une température constante dans l’aliment même pendant tout le processus de déshydratation.

Température de l’aliment et température de l’air

Durant le processus de déshydratation, la température de l’aliment est généralement inférieure à la température de l’air, en raison des effets de l’évaporation. Quand l’air chaud est soufflé sur l’aliment, l’humidité est évaporée de sa surface, ce qui provoque un effet de refroidissement qui maintient la température de l’aliment plus basse que la température de l’air. Notez bien que les réglages sur le cadran de votre Excalibur indiquent la température de l’aliment; la température de l’air peut être jusqu’à 25 degrés F plus élevée.

Enzymes et température

Les opinions varient dans le monde des crudivores au sujet de la température à partir de laquelle les enzymes commencent à se dégrader. Le plus souvent, on mentionne 48 °C (température de l’aliment) en se basant sur les recherches du Dr Edward Howell. Cependant, celui-ci précise que les températures optimales pour les enzymes se situent entre 7° C et 60 °C et que, au-delà de 60°C, les enzymes sont totalement détruites. Nous avons découvert, à la suite de recherches et de tests, que la seconde partie de ces deux énoncés s’applique davantage à la déshydratation et que les enzymes peuvent résister à des températures avoisinant les 60°C. Selon le Dr John Whitaker, spécialiste des enzymes de réputation mondiale, professeur émérite et doyen au département de Nutrition et de Science de l’alimentation à UC Davis en Californie, la plupart des enzymes restent actives jusqu’à des températures de 60 à 70°C. Ce qui confirme l’énoncé de Howell faisant état de 140 °F, ainsi que nos propres recherches et expériences. Nous avons testé des échantillons d’aliments pour vérifier l’activité enzymatique en les séchant à des températures allant jusqu’à 60°C et avons découvert que l’activité enzymatique restait la même à 60°C qu’à des températures plus basses.

Comment faire usage de votre Excalibur avec les aliments vivants

Selon Ann Wigmore et Viktoras Kulvinkas, le meilleur moyen de sauvegarder les enzymes vivantes et de neutraliser le risque de moisissure ou de développement de bactéries consiste à régler la température du déshydrateur au plus haut durant les deux ou trois premières heures, puis de la baisser à moins de 49°C pour le reste du temps. Dans les premières heures, la température de l’aliment ne dépassera pas 48°C en raison du taux élevé d’humidité contenue dans l’aliment. Et la température de l’air ne montera pas tout de suite jusqu’à 63°C. Il faudra plusieurs heures pour qu’elle atteigne ce niveau. Procéder de la sorte pour réduire la durée de séchage (30 heures et plus) de moitié. Si vous n’êtes pas là pour baisser le thermostat, vous pouvez régler la température de départ à un niveau plus bas, entre 41 et 49°C, mais souvenez-vous que plus celle ci est basse, plus il faudra de temps à l’aliment pour se déshydrater.

Le premier choix des crudivores de renom

Depuis les débuts du mouvement crudivore, les déshydrateurs Excalibur sont Ie premier choix des crudivores. Il y a plus de 20 ans, Ann Wigmore rencontrait Roger Orton, propriétaire et président d’Excalibur, et lui présentait ce nouveau mode de vie. Elle avait essayé tous les déshydrateurs sur le marché et considérait Excalibur comme le meilleur pour l’alimentation vivante, en raison de la supériorité de son design, de la qualité de sa fabrication, de sa facilité d’utilisation et de ses
résultats.

Au Raw Food Festival qui a eu lieu en 2001 à Portland, en Oregon, nous avons discuté avec Viktoras Kulvinkas au sujet de son expérience avec les déshydrateurs Excalibur. Voici ce qu’il nous a dit : « J’utilise et distribue les déshydrateurs Excalibur depuis plus de 10 ans. J’ai expérimenté d’autres déshydrateurs et considère que Excalibur est supérieur en termes d’utilité, de performance, de durabilité, de prix et de qualité. J’ai découvert les avantages d’un réglage initial à 60°C pour la déshydratation des mélanges liquides de noix et de graines. L’évaporation initiale garde la température du mélange nettement sous les 48°C, soit la température à laquelle les pertes d’enzymes se produisent. Après quelques heures, la température est réduite à moins de 50°C. Une fois le séchage achevé, les aliments sont testés et leur activité enzymatique est toujours présente. Cette façon de procéder prévient l’odeur de moisi qui pourrait se dégager avec un réglage unique sous les 110 °C. Excalibur est un produit parfait pour la communauté crudivore et pour tous ceux qui recherchent une nourriture de qualité. »
1(%

6 commentaires

  1. je desirais savoir si la puissance du ventilateur du deshydrateur escalibur 5 plateaux , conviendrait au sechage de stigmate de safrant
    je mexplique, le stigmate etant tres leger le ventilateur ne risquerait il pas de le fair virvolter dans le deshydrateur ?
    dans l attente de votre repons
    cordialement
    Mayet Beatrice

  2. merci d’avance de me répondre à ma question.

    puis je déshydrater des fruits en même temps que des herbes n’y a t’il pas des odeurs.

  3. Bonjour Edya,

    Il n’y a pas d’odeurs lors du séchage, donc vous pouvez tous à fait déshydrater des aliments crus et vivants différents en même temps, comme les fruits et des herbes.

  4. J’ai souvent lu l’apogée de la nourriture crue, mais attention, chaque extrême est dangereux et il y a quand même pas mal de choses faussées dans ce que j’ai pu lire. Le cru n’est pas si facile à digérer que ça, cela demande beaucoup d’énergie pour l’organisme de digérer un aliment qui n’a pas été cuit, bien qu’il possède des enzymes. C’est oublier tous les bienfaits que la cuisson des aliments a apporté quand le feu a été découvert, par exemple une meilleure assimilation des protéines, etc. Manger cru, c’est bien mais même si les vitamines ne sont pas détruites, rien ne garanti une bonne assimilation des nutriments qui ont été préservés, parce que la chaleur/cuisson permet de mieux assimiler ce que l’on mange, donc à partir de là, cela ne vaut pas forcément la peine de privilégier une alimentation crue comme si c’était la meilleure alimentation qui soit. Je pense qu’il faut alterner les plaisirs, d’autant plus si on souhaite avoir une alimentation équilibrée, utile pour rester en bonne santé. Et sérieusement, comment voulez-vous avoir une alimentation la plus équilibrée possible si vous privilégiez le cru ? C’est un cercle vicieux, manger équilibré, c’est manger également varié et il y a une quantité d’aliments que l’on ne peut pas manger cru, donc on mange forcément moins équilibré quand privilégie le cru.

    Je ne dis pas que le cru, c’est mauvais. Au contraire, je dis simplement que la plupart des articles qui parlent des bienfaits du cru, sont un peu dans l’erreur pour moi, pour deux raisons. Parce qu’il y a des affirmations fausses comme par exemple que le cru nécessite moins d’énergie à digérer, et parce qu’en lisant ce genre d’article, on a l’impression que c’est l’alimentation à préserver et que le cuit doit être mangé le moins possible, or bien que le cru soit très bien, il ne doit pour moi pas remplacer une alimentation équilibrée et pas nous faire croire qu’il n’y a que ça de vrai…

    De plus, je rajouterais que le cru peut être bien pour nous aider à rester en bonne santé, mais attention, si vous êtes malades, l’énergie que le corps doit déployer pour digérer des aliments cru sera plus grande, et vous en avez besoin pour combattre la maladie. Donc attention à ne pas manger que cru…

    J’ai également lu à plusieurs reprises que le cru était bien parce qu’il possédait déjà les enzymes pour se digérer et que lorsqu’on mangeait cuit, le corps doit prendre ses propres enzymes. Et là, où c’est complètement n’importe quoi, c’est qu’on veut nous faire croire que du coup, nos propres enzymes doivent s’interrompre dans ce qu’elle faisait et qui était peut-être très important pour notre santé, pour aller digérer ce que nous avons mangé. Il faut savoir qu’il existe une quantité énorme d’enzymes, avec chacune une fonction spécifique. Il existe des enzymes digestives et chacune d’elles digère un aliment spécifique. Ce qui signifie qu’elles sont nées pour accomplir une mission précise, vous n’allez donc pas interrompre ce qu’elles font d’important, puisqu’elles n’ont qu’une seule mission.

    Je suis pour le cru et le cuit, je pense qu’il faut varier les plaisirs mais je tiens à marquer ces précisions parce que je pense que cette alimentation peut s’avérer dangereuse si l’on croit tout ce qui est dit.

    Faites une recherche dans un moteur de recherche avec par exemple : l’erreur du cru, et vous allez voir que cette alimentation n’est pas aussi bien que ce qu’elle prétend si vous la faites de manière très prononcée.

  5. J’ai un Excalibur 9 plateaux. Il est nouveau. Est-ce que je peux faire sécher plusieurs fruits et légumes en même temps ? Il est indiqué des degrés de cuisson ainsi que des temps qui sont différents pour chacun d’eux, y a-t-il une méthode quelconque pour procéder ? Y a-t-il un livre de explicatif en français qui est bien sur ce sujet ? Merci de me répondre.

  6. Bonjour Linda,
    Vous pouvez faire sécher des fruits et légumes en même temps, il faut la température de cuisson soit la même pour tous les fruits et légumes. Après, vous pouvez ouvrir votre déshydrateur pour retirer les plateaux qui ont un temps de cuisson plus courts que les autres.
    Il y a un livre, en français, qui est très complet, c’est Le Guide de la déshydratation alimentaire : https://www.bien-et-bio.com/guide-deshydratation-alimentaire.htm.
    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − neuf =